La route des bières anglaises existe, elle est (elle aussi) sur Umap

Depuis l’invention du rail, les anglais ont toujours eu un train d’avance. A la lecture de cette super infographie, on peut se dire qu’ils ont aussi une carte d’avance ! Le wikiproject United Kingdom breweries recense en effet les brasseries, cidreries, distilleries et vignerons de notre voisin anglais…

angleterre.PNG

Chaque entrée est cliquable, avec généralement au moins un numéro de téléphone (pour par exemple planifier sa visite), ou l’adresse d’un site internet… Le plus: les brasseries sont divisées en trois types, les micro, les petites et les grandes.

La carte donne un bon aperçu de la dissémination des petites brasseries dans ce pays pionner, grâce notamment à l’action de l’association la Camra, la « Campaign for the real ale », fondée en 1971 pour justement mettre en avant les productions locales, et qui a elle-même inspiré les premiers micro-brasseurs bretons (et français) de la brasserie des Deux rivières, devenue Coreff après le succès que l’on sait.

Perso, je suis déçu de voir si peu de micro-brasseries à Londres – mais cette ville doit certainement se rattraper du côté des beer geeks pub. Si vous voulez voir du producteur anglais, mieux vaut se rendre dans l’East of england ou du côté de Nottingham et de Birmingham…

Et puisqu’on parle de cartes, voici en bonus le top 5 des articles publiés en 2016 sur ce blog:

Bonne année !

Publicités

Les mille et une brasseries françaises

La barre des 1000 brasseries françaises vient d’être franchie! En fait, il y en a exactement 1019, nous dit le biérologue passionné Emmanuel Gillard, le webmaster du site internet « Projet amertume« . On revient de loin puisque Emmanuel nous rappelle qu’il n’en restait qu’une trentaine, en France, dans les années 1980!

2016-11-03-12_38_24-projet-amertume

« Plus de 100 heures de travail m’auront été nécessaires pour mettre à jour l’historique des brasseries en activité et des brasseries fermées depuis 2000. A ce rythme, la courbe de tendance nous donne rendez-vous en juillet 2019 pour les 2000 brasseries! » (Emmanuel Gillard)

Le résultat est vraiment beau à voir et permet de bien visualiser la répartition des brasseries en activité, même si technique oblige certaines brasseries sont mal positionnées par Google maps sur cette carte interactive.

Le site « projet amertume », créé en 2003, permet également de parcourir la loooongue liste des brasseries françaises… Un sacré travail de titan abattu donc par Emmanuel Gillard, un belge expatrié à Grenoble qui revendique 11000 dégustations de bières, dont 3500 françaises!

Vous pouvez retrouver ses aventures biérologiques dans un e-book, « Bières et brasseries françaises du 21e siècle », vendu à prix libre. A noter que l’argent récolté est reversé aux Restos du cœur, tout comme son premier e-book qui recense ses 150 bières préférées.

Brewdog dévoile ses recettes de bière

Brasser sa Punk IPA chez soi, c’est désormais possible ! Les brasseurs écossais de Brewdog viennent de publier un document PDF rassemblant sur 226 pages plusieurs dizaines et dizaines de recettes de bière. L’initiative détonne dans un milieu où les brasseurs hésitent parfois à dévoiler la variété de houblon utilisée, même quand celui-ci est facilement reconnaissable.

1428492376Brewdogprospestus024
Les bières de la brasserie écossaise. Droits photo BrewDog

En fait, dans ce document, intitulé DIY Dog, se trouvent toutes les recettes, mêmes celles tentées une seule fois, de la brasserie! Iconoclastes, les brasseurs appellent à les copier, les adapter, les tirer à l’extrême et surtout à s’amuser avec et à « partager les résultats et les brassins ».

« Le brassage à domicile fait partie de notre ADN, expliquent les brasseurs. Avec DIY Dog nous voulons faire quelque chose qui n’avait jamais été fait auparavant pour payer notre tribut à nos racines de brasseurs amateurs. « 

Les brasseurs précisent avoir toujours aimé partager les connaissances, leur expertise et leur passion pour la bière artisanale. « Notre brasserie historique à Fraserburgh était simplement une grande installation amateur, avec des cuves en plastique et des commandes manuelles », rappellent-ils à propos de ce premier établissement situé à 60 km au nord d’Aberdeen dans une ville portuaire d’abord célèbre pour ses fruits de mer.

« De nombreuses bières Brewdog devenues des classiques ont été développées durant ces jeunes années, et nous utilisons toujours une installation maison de 50 litres pour développer de nouvelles bières et de nouvelles recettes », ajoutent les brasseurs. Mais ne croyez pas toutefois que vous pourrez facilement brasser votre prochaine « Punk IPA » à domicile.

Cette bière culte de Brewdog nécessite ainsi six houblons différents, ce qui rend son brassage plus compliqué. Même problème pour les levures, à voir au cas par cas si elles sont facilement trouvables sur vos sites de e-commerce préférés… Ceux qui cherchent une Brewdog brassable facilement pourront se tourner vers la Moustache (p. 35). Personnellement je viens déjà d’ajouter la Dead Pony Club (p. 84) et la Libertine Black Ale (p. 85) à ma to-brew-liste !

Une dernière réflexion: ce beau geste d’open-data est-il vraiment désintéressé? Fondée en 2015, Brewdog pèse désormais 134 000 hectolitres par an, s’éloignant inévitablement de leur culture d’origine, la bière artisanale. Le partage de ses recettes pourrait alors sonner comme le souvenir d’un amour de jeunesse qu’on tente de rattraper, malgré les années qui passent. Mais j’ai du mal à croire à cette hypothèse.

La vraie raison réside sans doute dans l’incroyable flair marketing de la brasserie, associé à une réelle volonté de faire un geste vers la communauté des brasseurs amateurs. Brewdog a déjà prouvé à travers son programme d’actionnaire « Equity for punks » qu’il savait maîtriser l’art du marketing comme peu. Je suis moi-même l’un des innombrables (32 000) petit actionnaire de la brasserie qui ont permis son financement au fil des années.

Cette ouverture des recettes est donc l’occasion de vendre le bouquin associé – il existe de nombreux produits dérivés de la marque, des bars, une télé – mais surtout de renforcer la légende d’une brasserie décidément unique au monde! Le brasseur risque bien sûr de se faire copier par des confrères peu inspirés. Mais iriez-vous vraiment acheter la copie alors que vous pouvez obtenir l’originale?

PS: On me souffle dans l’oreillette sur Facebook que Brewdog n’est pas pionnier en matière d’open data pour ses recettes de bières, devancés par la brasserie italienne Baladin. Cette dernière a publié depuis 2008 la recette de quatre de ses bières, explique-t-elle sur son site internet.

 

 

 

La carte de la bière artisanale parisienne

Nous sommes en février 2016. Tout Paris est occupé par des bars proposant des bières insipides. Tout? Non ! Car des bars, brasseries, cavistes et restaurants résistent encore et toujours à l’envahisseur. Et je dois dire que ces bonnes adresses, on me les demande souvent. Où aller boire une bonne bière? Quels sont les cavistes à visiter? Le dernier classement de Ratebeer.com (voir mon article de la semaine dernière) m’a donné l’idée de rassembler toutes ces bonnes adresses sur un plan. Voici la carte, inspirée du plan de métro parisien, de cette résistance, ce beergeekistan en voie de radicalisation brassicole!

beergeekistan

(Cliquez sur ce lien pour télécharger la carte)

Évidemment, il reste encore beaucoup d’arrêts de métro vierges de tout bar, caviste ou restaurant touché par la grâce de la bière artisanale. Pourtant, certains des beaux noms de cette carte n’existaient pas il y a cinq ans, je pense notamment à la Fine Mousse, preuve d’un réel renouveau de la bière à Paris.

D’autres adresses mentionnées sur cette liste vont peut-être faire tiquer les puristes, mais j’ai voulu, à partir de la liste des bonnes adresses parisiennes sur ratebeer.com, proposer un listing assez large des lieux « bière » à Paris. On y retrouve donc des bars dédiés à la bière artisanale, d’autres uniquement à la bière belge, ou encore proposant une bière brassée sur place comme « The Frog« .

J’ai rajouté à cette sélection le « Café Titon », injustement oublié par Ratebeer.com alors qu’il comble les amateurs de bière allemande à Paris. D’autres bars, cavistes ou restaurants mériteraient sans doute de figurer sur cette cartes, n’hésitez pas à me signaler les bonnes adresses !

Enfin, pour la partie technique, cette carte est un détournement d’une création de Halafayad, sur checkmymap.fr. Checkmymap était un concours de graphisme pour une nouvelle carte du métro de Paris, gratuite et libre de droits.

Les trois « tops » de la bière sur Twitter

Les tweetos « bière »: qui sont-ils, quels sont leurs réseaux? Derrière ce clin d’œil à l’une des formules journalistiques la plus galvaudée se cache pourtant une interrogation légitime. Vous aussi, vous êtes peut-être, comme moi, accros à ce petit réseau social. J’ai donc voulu en savoir un peu plus sur eux qui tweetent sur la bière.

Cette recherche m’a conduit à découvrir un programme, Tags, créé par Martin Hawksey. Il permet de faire une recherche sur twitter et d’archiver les résultats. J’ai donc laissé mouliné le programme pendant un mois, entre le 14 décembre 2015 et le 15 janvier 2016, collectant les 3182 tweets contenant le hashtag #biere. Voici les résultats !

  • Comment fonctionne le programme? Comme un scanner, en fait: il enregistre tous les tweets contenant le hashtag #biere. Cela peut être vous, l’amateur éclairé de bière, mais aussi votre voisin qui signale à son copain qu’il veut boire une mousse…

Capture d’écran 2016-01-19 à 11.10.51

  • Tout d’abord, voici la liste des top tweeters ayant le plus utilisé le hashtag #biere durant cette période. Sobeer44, que je ne connaissais pas, est « un des premiers guides #android dédié à la #bière », tandis que ooh_pinaise est un robot singeant le personnage de dessin animé Homer Simpson…

Capture d’écran 2016-01-19 à 11.08.55

L’interface de « Tags », très bien faite, permet ensuite de regarder, tweeto par tweeto, les messages envoyés sur le réseau social. Vous pouvez d’ailleurs retrouver tous les résultats collectés durant mon test à l’adresse suivante.

Capture d’écran 2016-01-19 à 11.13.04.png2. .

  • Ensuite, le programme permet de voir quels sont les hashtags les plus associés à #biere. On retrouve sans surprise #beer, #cerveza, ou encore #sobeer, grâce à l’activisme du compte twitter du même nom. Et on retrouve avec joie, en neuvième position, le hashtag #craftbeer, mais, malheureusement, pas de mention dans le top 10 de notre liane favorite, le houblon..

Capture d’écran 2016-01-19 à 11.09.23.png

  • Enfin, voici les tweetos les plus sociaux, enfin ceux qui interagissent le plus avec les autres sur le réseau social. Bon, je vous passe l’article sur le premier nominé, qui a l’air assez spécial vu sa bio (« Le metal noir nazi et rien d’autres, le reste ? Je déteste »), mais qui doit sans doute boire beaucoup de bière. Idem pour le second, Jefffitoh, aka « Skate and destroy ». Il faut arriver au troisième nominé pour trouver une personne précisant aimer la bière, emistier, et au cinquième pour avoir un « vrai » membre de la communauté bière, 1petitemousse. On touche sans doute là aux limites de l’outil..

Capture d’écran 2016-01-19 à 11.09.42.png

  • Si vous avez aimé cet article, vous pouvez explorez vous-même les données accumulées en un mois par le script informatique avec le lien suiv. Attention, certaines datavisualisations peuvent donner la nausée ;). Un dernier graph’ pour la route: cette visualisation montre les liens entre les différents tweetos recensés par le programme…

Capture d’écran 2016-01-19 à 11.22.02.png