Quand la bière s’invite chez les ambassadeurs

L’intérêt d’être journaliste avec une carte de presse à jour, c’est de rentrer gratuitement dans les musées, pouvoir s’éclipser facilement d’une manifestation tendue, et bien sûr être invité dans différents cocktails aux quatre coins de Paris. Le magazine Tecknikart avait même poussé le vice, il y a quelques années, en faisant de cette rente mondaine un sujet. Un journaliste talentueux de cette sorte d’oncle pas encore fini de Vice.com avait vécu pendant une semaine aux crochets des attachés de presse et autres organisateurs en quête d’une éphémère et illusoire célébrité. Donc, quand on m’a invité pour « Planète du goût », un événement organisé par l’Amicale des conseillers agricoles des ambassades étrangères en poste à Paris, j’ai bien évidemment dit oui et vous comprenez pourquoi.

b_1_q_0_p_0
L’ambassade de Finlande, capture d’écran Yojumy.

« Planète du goût est devenu au fil du temps un rendez-vous annuel incontournable, une occasion de mettre à l’honneur le patrimoine, le savoir-faire et la modernité des productions agricoles et agroalimentaires des nations du monde représentées à Paris », expliquent les organisateurs. L’annonce était suffisamment alléchante pour que je paye de ma personne et aille voir sur place le résultat.

Le jour J, le 20 juin, j’arrive donc en tee-shirt et pantacourt à l’ambassade de Finlande, entre deux costards chics et une robe de soirée, pour picorer ici et là les délices gastronomiques promis par le carton d’invitation. Être un pique-assiette n’empêche pas d’avoir une conscience professionnelle : j’étais très curieux de voir comment la bière serait représentée sur les stands bien garnis des 18 nations participantes au cocktail (Allemagne, Australie, Autriche, Canada, Chypre, Estonie, États-Unis, Finlande, Hongrie, Irlande, Lituanie, Malte, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, République tchèque, Royaume-Uni, Slovénie et Suisse). J’y vois une sorte de baromètre intéressant à l’heure où l’on claironne que la bière, tendance, gagne ses lettres de noblesse.

La réponse à cette question n’est pas évidente (surtout si l’on espère se faire réinviter l’année prochaine, ce qui est mon cas). Pour les beer geek, la conclusion pourrait être tranchée: oui, la bière est bien le parent pauvre de cet événement. Alors que de nombreux pays auraient pu mettre en valeur leur patrimoine et savoir-faire brassicoles, comme l’Angleterre, l’Allemagne, ou encore la Nouvelle-Zélande, la moisson est en effet plutôt faible. L’ambassade des États-Unis préfère ainsi proposer du burger et du chardonnay de Robert Mondavie, le pape de la Napa Valley, plutôt que des American Pale Ale. Make US Beer great again, ce sera donc pour une autre fois. Les Anglais ont fait eux le choix étrange de proposer du cidre aromatisé au Pimm’s. Je n’ai pas osé goûter (note ratebeer : 2,46/5). Et sur le stand de la Nouvelle-Zélande, on propose un excellent Sauvignon blanc minéral au nez très fleuri agrémenté de fruits exotiques fait par des français expatriés chez les Kiwis (Le Clos Henri, que je recommande) plutôt qu’une craft beer.

Pourtant, à y regarder de plus près, tout n’est pas perdu. Pour l’année prochaine, les Néo-Zélandais réfléchissent à venir avec des bières… françaises, mais brassées avec des houblons néo-zélandais. Et la preuve que les choses changent, c’est ces deux stands qui ont mis le paquet sur la bière. Les Irlandais de la Carlow Brewing Company ont fait le déplacement (en bouteille, pas en propre) avec la Leann Follain, un stout, et l’Irish Pale Ale. C’est l’une des plus grandes brasseries indépendantes craft irlandaise, m’ont assuré les représentants de l’ambassade (selon wikipedia, le directeur de la brasserie, également connue sous le nom d’O’Hara’s, a lancé en 2013 une asso, l’Independent Craft Brewers & Distillers of Ireland). La Stout présente une belle mousse crémeuse et marron, avec un nez classique et agréable de chocolat et de café. Quant à la Pale Ale, elle a un nez herbeux, qui tend vers le foin, avant de révéler en bouche des agrumes et une sécheresse prononcée. Bref, une découverte sympa. Par contre l’autre brasserie artisanale présente au cocktail, la bière estonienne de l’île de Saaremaa, Pöïde Beer, m’a beaucoup moins convaincu et avait un air de purgatoire. La Rye était très trouble, avec un nez qui partait dans tous les sens et des arômes parfois désagréables en bouche. Quant à la Kena, elle présentait un nez très fruité, puis des notes de céréales en bouche, avec un tout très sucré qui m’a laissé sur ma faim.

Voilà pour le craft. La suite se passe chez l’industrie. Le stand de Malte proposait ainsi une pils traditionnelle et classique (qui a dit chiante?) de la brasserie Simonds Farson Cisk  mettant quand même un peu en avant le malt. Ce qui n’était vraiment pas le cas juste à côté, au stand de la République Tchèque. Là aussi la pils était aussi la reine, mais avec une tireuse à bière de Budvar, qui appartient au célèbre Budweiser. Pas de nez, aqueuse, avec juste une légère amertume à se mettre sous la dent, le résultat est conforme aux attentes, décevant, tout comme la rupture de stock d’hydromel sur le stand de la Lituanie. Chez les ambassadeurs, vous l’avez compris, il y a en avait pour tous les goûts. Comme je ne suis pas sectaire, je suis sorti des chemins battus de la bière pour découvrir l’excellent akvavit de Finlande (Helsinki Distilling Company, fondée en 2013) au nez sauvage de plantes, d’anis et de réglisse, ou cette étrange crêpe fripée allemande fripée au caviar de betterave, raifort et graines de tournesol, visuellement perturbante mais nourrissante. Mon verdict du match des ambassades côté bière? Mention peut mieux faire pour la bonne bière, largement battue lors de cette rencontre d’un soir (1-3). Je suis quand même rassuré d’avoir vu les Irlandais sauver l’honneur. Mesdames messieurs les ambassadeurs, vous êtes attendus au tournant pour le match retour de l’année prochaine !

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s