Quatre nouvelles variétés de houblon pour la nouvelle année

Elles étaient attendues! Quatre nouvelles variétés de houblon viennent d’être dévoilées par la coopérative alsacienne Cophoudal, associée au Comptoir agricole pour l’occasion, annonce Houblons de France. GJ2, GR50, GS10 et P10-9 vont peut-être bientôt rejoindre sur les étagères des brasseurs les variétés déjà cultivées dans l’Est de la France, Triskel, Aramis, Bouclier, Barbe Rouge, et Mistral.

triskel-5-web-bis
Le Triskel (Photo Comptoir-agricole.fr)

C’est le résultat d’un programme de recherche variétale mis en place par la Cophoudal et le Comptoir Agricole en 2001, « dans le but de répondre à la demande des brasseurs ». Les nouvelles variétés sont alléchantes (pour tous ceux qui aiment bien les bières largement houblonnées).

« Ces nouvelles variétés sont résolument tournées vers la demande des craft brewers : Taux d’HE (Huiles Essentielles) plus élevé que la moyenne française, les arômes sont orientés vers les agrumes et fruits jaunes, le tournant qui s’était timidement profilé avec le Barbe Rouge et le Mistral dans les dernières années est maintenant assumé. »

Par exemple, le Mistral est un croisement de Cascade et de Strisselspalt. Il est « subtil tant ses arômes délicats tendent vers les fruits blancs et développe des senteurs florales », et « idéalement utilisé en houblonnage à cru pour exprimer ses arômes doux et fruités dans la bière ».

Cent kilos de ces variétés expérimentales, récoltées en septembre, ont été confiées à Houblons de France, « afin de les proposer aux plus aventuriers d’entre vous sur notre campagne de financement participatif ». De quoi faire saliver les nombreuses petites (ou grandes) brasseries françaises, qui sont confrontées comme leurs homologues à des difficultés d’approvisionnement, la faute à une demande de houblon en hausse ces dernières années.

C’est que le temps du brasseur n’est pas forcément le temps du planteur… Houblons de France cite ainsi Francis Heitz en charge de la qualité et de l’export au Comptoir Agricole. « En tant que plante pérenne, on sait qu’un programme houblon durera au moins 15 ans et sera par conséquent extrêmement coûteux », explique-t-il.

Si vous aimez l’agronomie, je vous encourage à aller lire l’article détaillé de Houblons de France. Quant à moi, je crois que je vais aller boire une bière à la santé des houblonniers…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s